Zoom sur la Net génération : Comment les RH doivent-elles s’adapter?

« Génération connectée », « Net génération », « Génération Z », ou encore « Génération Bovary », autant d’expressions poétiques auxquelles les RH vont devoir s’habituer car ils arrivent sur le marché de l’emploi et vont bousculer les habitudes et les codes.

Qui sont-ils ? Quelles sont leurs attentes, leurs craintes et leurs potentiels dans un contexte professionnel ? Comment les RH vont devoir s’adapter et adapter leurs organisations pour favoriser leur intégration dans les entreprises ? Portrait d’une nouvelle génération.

Plusieurs générations aux comportements et aux caractéristiques différents se côtoient aujourd’hui dans les entreprises. On connaissait la Génération Silencieuse (née après 1930), les Baby Boomers (nés après 1945), la Génération X (née après 1965), la Génération Y (née après 1980) ; les entreprises devront bientôt composer avec la Génération Z (née après 1995).

Appelés à marcher dans les pas de la Génération Y, les « nouveaux Bovary » vont bientôt débarquer sur le marché du travail, et ce, dans quatre à cinq ans. Leurs caractéristiques ? Être nés avec Internet et vivre connectés. Vous les avez peut-être déjà rencontrés dans la rue, dans votre entourage, ils sont « greffés » à leur smartphone et ne jurent que par Facebook ! Ils possèdent une maturité numérique : ils veulent protéger leur image. Ils ont grandi avec les évolutions technologiques, la formation et l’information en continu ; ce qui rend leur mode de communication différent de leurs prédécesseurs. En effet, alors que les Yers ont plus connu le chat et la webcam, ces « hyper-connectés » passent beaucoup plus par l’image. Cela les rend très sociables, et emprunts à travailler dans le cadre de projets communs et collaboratifs.

Leur appréhension du travail est également différente des générations précédentes. Le temps où le salarié s’engageait en faveur d’une entreprise qui lui offrait un emploi permanent et une réelle sécurité, est définitivement révolu.

En effet, ils ont davantage connu la crise et sont marqués par le terrorisme ; ce qui les rend plus raisonnables, plus prudents, plus « gestionnaires ». Ils aiment par exemple, la flexibilité des horaires, même si le travail reste important. Ils considèrent que le marché de l’emploi est difficile et qu’un diplôme n’est pas tout. Ils arrivent donc avec peu de confiance et beaucoup d’appréhension sur le marché du travail et ont une grande soif de reconnaissance.

 

Les entreprises vont devoir s’adapter à la génération Z

Les révolutions technologiques imposent une évolution naturelle du fonctionnement des organisations, de la communication et des outils qu’utilisent les entreprises.

Identifier correctement les attentes des candidats et utiliser ces changements profonds pour améliorer son processus de recrutement est déterminant pour les marques et les directions RH.

Les process de recrutement vont donc devoir évoluer.

Mieux vaut être présent dans les espaces où ces jeunes échangent : les réseaux sociaux, les écoles, les campus à l’étranger.

Terminé le temps où l’entreprise était toute puissante sur le marché de l’emploi. Le rapport de force s’est équilibré, voire renversé !

Par conséquent, le maître mot est : Valorisez votre marque employeur ! Vous allez devoir faire preuve de créativité en interne et en externe pour motiver vos collaborateurs et convaincre les talents de rejoindre votre entreprise (communication multi-canal, social gaming, immersion, témoignages d’ambassadeurs…).

 

Une génération libre où le rapport au management évolue

Ne tentez pas de retenir à tout prix les salariés de qualité : c’est illusoire ! S’ils veulent partir, ils partiront. Oubliez la rancœur ou l’amertume et entretenez plutôt un réseau de qualité. En effet, ils ne travaillent peut être plus dans votre entreprise mais ils en ont une belle image et seront vos meilleurs ambassadeurs.

Les modes de management vont également devoir évoluer. Le management dit « classique » va évoluer vers d’autres formes de management. Celle du collaboratif fait fureur dans l’entreprise agile et gagne les structures plus traditionnelles et de taille de plus en plus grandes. La Net génération a besoin de clarté, d’objectifs précis, et en même temps d’une grande liberté de pensée, d’expression et d’action. Ils apprécient d’être associés aux projets, à la construction, et d’être responsabilisés. Plus d’évaluations annuelles jugées un peu « vieux jeu », mais un suivi des progrès en temps réel pour aider chacun à s’améliorer en terme de résultat, mais aussi de comportement.

 

Une génération connectée dans une entreprise connectée

Le management intergénérationnel et la prise en compte des outils 2.0 sont deux grands chantiers de l‘entreprise. Le DRH doit, désormais et sans attendre, impulser les changements pour accompagner le passage d’une organisation classique à une organisation connectée ou digitale. C’est ce qui permettra de faciliter les échanges entre les générations et de les faire cohabiter le plus harmonieusement possible afin que l’entreprise puisse poursuivre son développement sans rupture.

Publié par Sarah Degrenne

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr