L’entretien vidéo différé : Un gain de temps ?

La genèse de l’entretien en vidéo différée

Pratique RH venue d’Amérique du Nord, celle-ci fonctionne aujourd’hui particulièrement bien dans les pays anglo-saxons. Aux Etats-Unis notamment, 10% des recruteurs ont déjà recours à cet outil pour sélectionner les candidats. Ce procédé commence doucement à se répandre en France où quelques acteurs se sont déjà positionnés sur ce marché.

Le principe

Beaucoup de personnes vous diront qu’il s’agit d’un outil formidable de recrutement, à condition de bien savoir l’utiliser. Ci-dessous, voici les éléments à bien prendre en compte :

– L’entretien vidéo différé intervient entre la réception des CVs et la rencontre physique. Il a donc clairement l’intérêt de pouvoir remplacer la présélection du candidat par téléphone.

– Le recruteur envoie un lien afin que la personne puisse connecter. Le candidat dispose alors de plusieurs jours pour s’y rendre.

– Une fois connecté, le candidat se doit de répondre à quelques questions qui auront été choisies par le recruteur. L’idée, recréer les vraies conditions d’un entretien physique. Les interrogations porteront donc sur la motivation d’un candidat, son projet professionnel, etc.

– Attention, il est impossible de revenir en arrière une fois la vidéo enregistrée !

 

Les raisons de cette tendance

Au cours de ces 15 dernières années, les candidatures se sont numérisées avec l’utilisation des CVthèques, les réseaux sociaux, l’emploi des mots-clés, etc. Or, il faut bien prendre conscience que l’individu ne se réduit pas à cela. La personnalité, les aptitudes relationnelles…doivent être aussi prises en compte. L’humain doit donc être au centre du processus de recrutement, et ce, dès la phase de pré-sélection. L’entretien vidéo différé lui, le permet puisqu’il vient se caler entre la réception du CV et la rencontre en face à face.

 

Conseils aux candidats

Même si l’entretien se passe depuis votre domicile ou d’un lieu qui vous est familier, gardez à l’esprit qu’il s’agit bien d’un entretien professionnel.

– Privilégiez donc les endroits au calme afin de ne pas être dérangé pendant l’enregistrement.

– Bien se préparer afin de ne pas paraître trop hésitant durant l’argumentation. Mais pas question de lire vos fiches !

– Veillez à votre environnement ! Préférez les fonds neutres, sans décoration.

– Restez sincère. N’oubliez pas que les recruteurs sont aussi formés à percevoir et à déceler ce qui n’est pas vrai et ce qui manque de précisions !

 

Les avantages

Plusieurs avantages ressortent, à la fois pour les recruteurs comme pour les candidats :

– Du côté des recruteurs, l’avantage le plus significatif est le gain de temps. En effet, alors qu’un entretien téléphonique dure en moyenne 20 minutes, visionner un entretien vidéo enregistré ne prendra que 5 minutes. Une étude du groupe Aberdeen va d’ailleurs dans ce sens. Celle-ci souligne que la vidéo permet de visionner 10 entretiens pendant la durée d’un entretien téléphonique.

Autre avantage, celui de pouvoir partager l’entretien vidéo différé avec l’ensemble de ses collègues ou même avec ses clients dans le cadre de recrutements externalisés.

– Pour les candidats, l’atout de l’entretien vidéo différé est la possibilité de réaliser l’entretien depuis un milieu familier, ce qui diminue le stress et permet d’être plus performant dans ses réponses.

Autre avantage, le temps de préparation. En effet, ayant la possibilité d’enregistrer son entretien à tout moment permet à chacun d’apporter de meilleures réponses aux questions et ainsi de se présenter sous son meilleur jour.

 

Les inconvénients

– Les recruteurs peuvent y perdre en proximité avec les candidats. Si un entretien ‘’classique’’ permet de mettre en valeur l’entreprise en tant que recruteur, avec l’entretien vidéo différé, ce principe est perdu.

– Ce processus déshumanisé peut également perturber les candidats. Parler à une caméra peut pour certaines personnes être source de difficultés et de stress augmenté !

– Autre désavantage, le gain de temps peut être vu comme étant une perte de travail intéressant (compréhension des évolutions de chacun, discussion des attentes des candidats, etc).

 

Quelques cabinets commencent tout juste à utiliser ce procédé. À ce jour, il est impossible de dire si oui ou non cet outil est efficace et s’il répond à une sélection pertinente et équitable des candidats. Il s’agit maintenant d’être patient pour analyser des résultats concrets.

Publié par Sarah Degrenne

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr