4 infos sur l’économie maritime française

La France dispose du 2ème plus vaste domaine maritime au monde. Quels emplois cela représente-t-il ? Dans quels domaines ? Quelles sont les perspectives de développement ? Eléments de réponse en une infographie.

Infographie - 4 infos sur l'économie maritime française

 

L’économie maritime française dans le paysage mondial

Avec 11 millions de kilomètres carrés, la France dispose du deuxième plus vaste domaine maritime au monde, derrière les Etats-Unis.

 

Le secteur emploie 450 000 personnes

Le tourisme littoral représente la moitié des emplois du secteur. Viennent ensuite l’intervention publique et les produits de la mer, qui représentent ensemble un quart de l’activité sectorielle. Le quart restant est très majoritairement réparti entre le transport maritime et fluvial, ainsi que la construction et la réparation navale. Certains autres métiers viennent compléter l’activité sectorielle, tels que la production d’énergie, la construction d’ouvrages maritimes, les services parapétroliers et paragaziers offshore, l’extraction de matériaux marins, les assurances et banques maritimes ou encore la fabrication, la pose et la maintenance de câbles sous-marins.

 

Un important potentiel de développement

L’extraction de matériaux marins est encore très peu développée en France (seuls 1000 emplois sur tout le territoire). Pourtant, selon le Conseil Economique, Social et Environnemental, notre accès aux richesses du plateau continental est « un atout considérable pour notre pays s’il contribue à un nouveau modèle de développement durable ». L’économie maritime française disposerait donc encore d’un grand potentiel de développement !

 

Une forte concentration géographique

Deux régions littorales représentent près de la moitié des emplois de l’économie maritime française. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur regroupe 28 % des emplois, tandis que la Bretagne en représente 17,8 %.

Si les emplois maritimes se concentrent naturellement dans les régions côtières, l’Île-de-France, où sont implantés des sièges de grandes entreprises et le marché de Rungis, abrite tout de même 21 000 emplois maritimes.

 

Quelle place pour les cadres ?

Les activités touristiques et liées aux produits de la mer ne comptent que deux salariés en moyenne, donc peu d’encadrants. Les cadres sont moins représentés dans l’économie maritime (12 %) que dans l’ensemble de l’économie (17 %).

Certaines activités reposent toutefois sur des établissements de plus grande taille et comptent donc davantage de cadres. On retrouve parmi ces activités la production d’énergie, qui compte 30 % de cadres, les services parapétroliers et paragaziers offshore (22 % de cadres) ou encore la fabrication, la pose et la maintenance de câbles sous-marins (29 % de cadres).

 

Je recrute un nouveau collaborateur

 

Publié par Sarah Degrenne

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr