L’impact de la digitalisation des entreprises sur les RH

Qui n’a pas entendu parler de la digitalisation des entreprises ? C’est le « buzzword » de l’année ! Tel un « big bang » dans le monde des entreprises, ce phénomène perturbe, pose question. Mais de quoi parle-t-on ? Quel rôle vont devoir prendre les RH ? Comment leurs métiers vont-ils être impactés ?

 

Digitalisation des entreprises, la troisième révolution industrielle

Le numérique est partout dans notre quotidien, dans nos moyens de communication, dans l’information, dans nos moyens de déplacements… Le taux d’équipement d’appareils numériques par foyer ne cesse d’augmenter, et le temps passé sur le web dépasse aujourd’hui celui passé devant la télévision…on parle de digitalisation des usages. Ce phénomène ne s’arrête pas aux portes des entreprises. Les collaborateurs, par leurs usages extérieurs, transforment l’entreprise de l’intérieur. Cela touche toutes les entreprises et tous les secteurs d’activité, les hommes, les métiers, toutes les fonctions de l’entreprise, les modes de travail, de pensées, les pratiques business ; c’est une nouvelle révolution industrielle.

Le numérique est un potentiel à capter pour augmenter la productivité et l’efficience des processus de l’entreprise. En effet, grâce au web, des start-up identifient des créneaux de business et dépassent les entreprises historiques sur le marché, c’est l’exemple de BlaBlaCar qui vient contrer l’offre de la SNCF, notamment. Si ces entreprises « historiques » ne repensent pas leurs modèles économiques pour intégrer ces nouveaux usages, elles peineront à survivre à cette nouvelle révolution industrielle. L’entreprise doit penser donc autrement. La transformation digitale a un enjeu culturel fort pour les entreprises. Cela implique un réel changement de culture d’entreprise. Le défi est, en effet, de réunir les salariés de deux mondes – ceux nés avant la digitalisation qui préfère les relations en face à face et ceux qui sont connectés, très à l’aise avec ces nouveaux usages -, de les faire cohabiter et avancer ensemble dans la même direction pour que l’entreprise poursuive son développement.

 

Les RH, acteurs du changement

Puisqu’il s’agit d’un changement culturel avant même un changement de pratiques, qui mieux que les RH pourraient se saisir de cette transformation numérique et accompagner l’entreprise dans le changement ? Ils vont être les acteurs de cette cohabitation. Le digital change les modes de management vers des fonctionnements plus agiles, plus souples. Cela accompagne de nombreux phénomènes d’entreprises libérées qui font la promotion d’un modèle managérial plus égal, plus ouvert, plus transparent (cf. notre dernier article « Entreprise libérée VS organisation classique : quelles différences ? »). Dans ce cadre, le monde des RH est, lui aussi, en pleine révolution car le digital leur redonne du sens et une légitimité, qui pouvait, peut-être parfois, se perdre.

 

L’impact sur les métiers RH

Au-delà de la posture, ce phénomène a un impact également sur les métiers des professionnels RH. Si nous nous attardons sur la matière du recrutement : il se digitalise. Ou, pour être précis, s’est digitalisé. En effet, depuis déjà quelques années, les candidats sont massivement présents sur la toile, notamment via des profils sociaux professionnels tels que LinkedIn et Viadéo mais aussi des blog, CV en ligne et autres outils digitaux. Les candidats développent leur personal branding.

Les entreprises, quant à elles, mettent en avant leur marque employeur pour trouver et attirer les talents. Cela leur impose la plus grande transparence, notamment depuis que les salariés peuvent noter leur entreprise, à l’instar de TripAdvisor. Les RH sont alors garants de la e-réputation.

Le digital transforme les métiers et en fait émerger de nouveaux. Cela a donc un impact majeur sur la gestion des talents. Les RH « doivent être bons » sur le digital pour bien comprendre les besoins en compétences de leur entreprise, et identifier les meilleures formations, écoles, et sourcer de nouveaux profils, de façon à avoir une vision sur l’évolution des métiers et garantir une évolution à leurs collaborateurs.

Les RH vont donc devoir cartographier les besoins en compétences futures de leur entreprise. Pour les accompagner vers ces évolutions, il sera nécessaire de développer une politique de formation innovante et d’y intégrer les nouveaux usages tels que les MOOC, SPOOC et autres serious games.

 

Comment doivent-ils s’y préparer ?

Les professionnels RH ne sont, pour la plupart, ni formés, ni équipés, ni acculturés pour accompagner les enjeux du numérique dans l’entreprise.

Ils vont donc devoir changer de posture pour incarner le changement et se positionner en « RH facilitateur » pour créer plus de confiance et inspirer une nouvelle énergie afin d’augmenter le niveau d’engagement des collaborateurs.

Pour cela, des ressources leur seront nécessaires comme des outils plus puissants, plus agiles, personnalisables et capables de suggestions et d’anticipation.

Il va leur falloir également, identifier les compétences internes qui deviendront, à leurs côtés, des acteurs du changement, relais de proximité dans les organisations.

Les RH vont devoir se réinventer, observer les usages digitaux, les expérimenter, proposer des stratégies, des outils et des projets pour favoriser cette acculturation au digital des collaborateurs, des managers et de la direction.

Dans l’entreprise de demain, au-delà de la compétence opérationnelle, il faudra en permanence savoir s’adapter au changement permanent voire perpétuel. Les RH doivent donc saisir la transformation numérique, comme toutes les fonctions support de l’entreprise pour renforcer leur positionnement stratégique au sein des organisations.

Publié par Sarah Degrenne

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr