Performance RH : et si la technologie était une solution ?

« La DRH doit être moteur du développement de l’entreprise« , explique Charles-Henri Besseyres des Horts, professeur associé au département Management et Ressources Humaines du groupe HEC. En effet, à l’heure où toutes les directions de l’entreprise doivent participer à la performance globale, la DRH n’est pas exemptée de cet objectif. Les activités de gestion administrative RH sont considérées comme les plus chronophages par rapport aux autres activités RH.

Garantes de la dimension humaine de l’entreprise, les directions RH recherchent « l’efficacité RH » dans leurs processus pour mieux se concentrer sur la gestion du capital humain, et inscrire les politiques RH dans la durée, au service du développement de l’entreprise (gestion de carrières, GPEC, marque employeur…).

L’enjeu de la mesure de la performance RH devient alors stratégique, passant, notamment, par une réduction des coûts, afin de renforcer la crédibilité de la fonction au sein du Comité de Direction.

 

Mettre en place un plan d’amélioration de la performance RH grâce à la technologie

Alors, comment mesurer la performance de la fonction RH ? Quel est son coût réel ? L’objectif principal est d’identifier les leviers de réduction des coûts pour optimiser les process et répondre aux attentes des collaborateurs.

Dans cette course à la performance des organisations (notamment des services RH), Towers Watson, cabinet de conseil spécialisé dans l’amélioration de la performance RH, financière, et gestion du risque réalise chaque année  une étude sur l’impact des technologies dans la fonction RH.

Cette année, l’enquête a été réalisée auprès de cadres RH et SIRH de 1 048 entreprises (organisations de plus de 5 000 salariés, pour les deux tiers) à travers le monde. Même si la tendance est plutôt à la réduction des coûts dans certaines activités des RH, les investissements des organisations dans les technologies RH (gestion des talents, ATS, mode SaaS, applications mobiles…) vont augmenter de 20% en moyenne, avec pour seul objectif l’optimisation des pratiques RH pour gagner en efficacité. Pour cela, certains services RH envisagent d’adopter de nouvelles solutions de gestion des talents pour optimiser le temps administratif d’exploitation des entretiens annuels d’évaluation et se concentrer sur l’analyse et la projection d’une GPEC efficace.

D’autres optent pour des systèmes en mode SaaS (Software as a Service) qui permettent une grande souplesse et  évite l’acquisition et l’installation de logiciels sur leur propre matériel informatique. Cette solution est plus agile et « upgradable » en temps réel. Enfin, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à choisir l’application mobile comme technologies RH à fort potentiel de croissance, pour plus de proximité avec leurs salariés actuels et futurs.

 

Dans cette recherche de la performance RH toujours plus poussée, les DRH et RRH n’hésitent plus à utiliser l’innovation comme levier de performance, quitte à bousculer leur organisation. En effet, une entreprise sur trois envisage de modifier l’organisation de son équipe RH par l’optimisation des process. Les prestataires RH quant à eux (cabinets de conseil en RH) se doivent d’intégrer le numérique et la technologie au cœur de leur organisation, au risque de ne plus être en adéquation avec les besoins des clients.

 

Mise à jour :

Pour des informations plus récentes à ce sujet, consultez l’étude PwC de 2018 : les tendances 2018 en technologies RH

Publié par Sarah Degrenne

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr